Que sont les Smart contrats ?

En 1996, Nick Szabo nous donnait la première définition du smart contrat : « il s’agit d’un ensemble d’engagements, spécifié sous forme digitale, incluant les protocoles suivant lesquels les parties suivent leurs engagements. »

Les smart contrats ont trouvé chaussure à leur pied avec la blockchain Ethereum, grâce à Vitalik Butterin et Gavin Wood.

Mais avant cela, l’on a tendance à oublier que les premiers smart contrats ont été créés sur Bitcoin, codés via un langage à pile.

Quels sont les principaux avantages des Smart contrats ?

  • Ils sont autonomes : une fois le smart contrat déployé, son auteur ne fait plus partie de l’équation.
  • Ils sont décentralisés : les smart contrats sont distribués sur tous les nœuds.
  • Ils agissent de manière automatique, seuls : ils peuvent réaliser les transactions (distribuer ou collecter de l’argent) ou toute autre action encodée, seuls.

Nous pouvons distinguer trois types de smart contrats :

  • Les smart contrats « de notarisation » : c’est la forme basique du smart contrat. En effet, il suffit de stocker un ou plusieurs « hash » dans un smart contrat afin de générer une preuve concernant un événement à la blockchain.
  • Les smart contrats permettant d’exécuter un contrat juridique : le contrat est signé en dehors de la blockchain, mais les parties exécutent leurs obligations dans le smart contrat.
  • Les smart contrats instruments de contrats juridiques : ici, le contrat est signé sur la Blockchain. Le Smart contrat devient l’instrument du contrat que vous devez fournir au juge pour faire valoir vos droits. L’un des obstacles en Europe est l’absence de reconnaissance de la signature en tant que signature valide sur la Blockchain pour le moment.

L’avantage de cette solution réside dans le fait qu’elle est totalement décentralisée, personne n’a besoin de conserver un extrait du document.

Un exemple

Avant de creuser un peu plus loin dans la compréhension de ce que représente un smart contrat, regardons rapidement ce à quoi cela ressemble.

Pour cela, imaginez une personne souhaitant vendre sa voiture grâce à la blockchain.

1- Ce smart contrat, relativement simple, nécessite tout d’abord un document extérieur à la blockchain et décrivant toutes les spécificités de la voiture.

2- Hashez ce document, et soumettez-le à un site internet public.

3- Déployez le contrat, et fournissez le « Hash » (identité unique) du document de vente officiel de votre voiture. Votre voiture est prête à être en vente sur la Blockchain ! Vous pouvez utiliser les fonctions putOnSale et putOffSale lorsque vous souhaitez le vendre ou non. Vous pouvez décider, lorsque vous n’avez plus besoin de ce smart contrat, d’utiliser la fonction destroyContract qui rendra votre smart contrat indisponible.

4- Si quelqu’un souhaite acheter votre voiture, il lui suffira de transférer assez d’argent à votre smart contrat pour en être propriétaire.

Simple comme bonjour ! Vous avez maintenant « tokenisé » votre voiture !

Sachez que la blockchain est aveugle au reste du monde. Ainsi, on peut se demander comment la blockchain communique avec le reste du monde. C’est via un Oracle. Que sont les oracles ? Les oracles sont des personnes physiques ou entités qui transmettent les informations extérieures à la blockchain vers la blockchain. Autrement dit, l’information enregistrée dans une base de données centralisée, type Amazon vers une base de données distribuée (Blockchain). À noter qu’un oracle peut aussi être un Notaire qui va valider l’authenticité d’une transaction.

Si vous n’avez pas encore compris tout de ce que nous venons d’évoquer, prenez le temps de lire la documentation de solidity.

Maintenant que nous avons compris la base des smart contrats, regardons plus en détails comment il est possible de créer une nouvelle société sur smart contrats. Il faut comprendre la blockchain comme un marché. Comme au supermarché, vous avez accès sur la blockchain à différents produits et services.

C’est exactement la même chose sur blockchain. Nous avons eu en premier lieu les « Initial Coin Offerings » ou ICO, que l’on peut définir comme une méthode de levée de fonds qui consiste en l’émission d’actifs numériques au sens de l’article L.54–10–1 du Code monétaire et financier (CMF). En découvrant ce nouveau marché, nous voulions tout acheter, persuadés que cela valait plus que ce qui était évalué. Dorénavant, en particulier grâce à la « Securities and Exchange Commission » ou SEC, l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, qui a requalifié les « tokens » en « Securities », soit les « jetons » en « titres financiers », et poursuit en justice ceux qui ne se rendent pas conformes à ces nouvelles règles.

Le fait de parler de titres et non plus de jetons va permettre au système de rentrer dans l’ordre. En effet, ce projet de « STO » ou Securities Token Offering est une nouvelle approche non seulement en termes de coûts bas, mais aussi de l’éviction de toute redondance dans la tenue des registres d’actionnaires.

Appliqués à la finance, ces smart contrats pourraient être d’une grande utilité pour moderniser les processus dit de « back-office » (administration) et de « middle-office » (conformité).

Pour plus d’informations, allez visiter notre site Equisafe.io !

Get the Guide

Equisafe is an agent of Lemon Way payment service provider under registration number 85392 on the registry of REGAFI.